Revue trimestrielle

Revue trimestrielle, Citoyens du Monde vous tient informé de l’actualité mondialiste

Revue trimestrielle

Lors de la Route du Rhum 2010, Citoyensdumonde.net porte haut les couleurs du mondialisme

Revue trimestrielle

Au début des années 50, les idées mondialistes se répandent à très grande vitesse

Revue trimestrielle

A travers la planète, des centaines de milliers de femmes et d’hommes se sont déclarés Citoyens du Monde

LE MONDIALISME, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Le mot Mondialisme a été inventé par les Citoyens du Monde et Fédéralistes Mondiaux pour qualifier une nouvelle organisation politique de la planète qui se substituerait au désordre actuel engendré par la juxtaposition d’Etats-Nations à souveraineté nationale absolue dont les rivalités conduisent irrémédiablement l’humanité vers son autodestruction.
Guy MARCHAND, co-fondateur de Citoyens du Monde


Le mondialisme est l’ensemble des Idées et des actes exprimant la solidarité des populations du globe et tendant à établir des institutions et des lois supranationales à structure fédérative qui leur soient communes, dans le respect de la diversité des cultures et des peuples.

Le mondialisme est aussi une approche scientifique des phénomènes sociaux Inter-individuels vus sous l’angle mondial.

Le mondialisme s’efforce de proposer une nouvelle organisation politique de l’humanité, impliquant le transfert de certaines parties de la souveraineté nationale à une Autorité fédérale mondiale capable de résoudre, par décisions majoritaire, les problèmes qui mettent en cause l’existence de l’espèce humaine, tels que : guerre, faim, pollution, surpopulation et énergie.

Les exigences du mondialisme ne peuvent se contenter des engagements non sanctionnés des traités ou accords internationaux.

Le monde sera uni ou ne sera plus Albert Einstein

Une courte histoire du mondialisme

Par des actions spectaculaires, Garry Davis pose face aux représentants des Etats, réunis en novembre 1948 à l’ONU (au Palais de Chaillot à Paris) les revendications fondamentales de l’homme du 20ème siècle, menacé dans sa vie.

Simultanément, l’équipe du Front Humain des Citoyens du Monde lance l’idée de l’enregistrement des citoyens du monde et l’associe à la revendication d’une Assemblée Constituante des Peuples.

Dans le monde entier, la résonance de cet appel est extraordinaire : pour la première fois dans l’histoire, des centaines de milliers de femmes et d’hommes de tous les pays et de toutes origines, de toutes opinions, expriment ensemble la volonté de voir s’édifier une communauté mondiale civilisée.

Le Registre International des Citoyens du Monde est créé en 1949.
En un an, dans 72 pays près d’un million de personnes demandent à s’enregistrer comme citoyens du monde. A tel point que certains Centres d’Enregistrement, ouverts à la hâte dans de nombreux pays, ne peuvent suffire à leur tâche et des demandes restent sans réponse.
D’autres centres remettent les cartes mais n’adressent pas les bordereaux correspondants au Registre International. Quelques escrocs exploitent aussi à leur profit l’enthousiasme et l’espoir…
En, 1951, le Registre International traverse une crise. L’enthousiasme a reflué, les militants sérieux et dévoués sont moins nombreux. La guerre de Corée et le durcissement des deux blocs rendent difficiles les progrès de l’idée de citoyenneté mondiale. Pendant plusieurs mois, quelques Centres nationaux d’enregistrement continuent à fonctionner normalement, tels Belgique, France, grande-Bretagne ou Italie. Le registre interrompt pratiquement ses activités.

En 1952, le Conseil Mondial pour l’Assemblée Constituante des Peuples prend la responsabilité d’une réorganisation du Registre International.
Ce dernier est maintenant administré par un Conseil de 13 membres : 4 membres désignés par les directeurs des Centres d’enregistrement accrédités, représentant les citoyens du monde enregistrés, 6 désignés par le Conseil Mondial pour l’ACP, et 3 cooptés pour leurs activités en faveur du mondialisme.

Le directeur est nommé parmi ses membres.

En 1953, l’activité régulière du Registre International reprend. De nouveaux Centres d’enregistrements sont ouverts en Suisse (1953), en Autriche (1955), année au cours de laquelle est également créé un Centre spécial Esperanto, puis, en 1957, en Suède et en Argentine. Le Centre d’Australie, tombé en sommeil, et celui d’Allemagne, dont le fonctionnement est insatisfaisant, sont au contraire fermés. La carte de citoyen du monde est imprimée en de nouvelles langues : grec en 1953, espéranto en 1955, suédois en 1957 et espagnol en 1962.
En 1958, le Registre International des Citoyens du Monde est la première direction technique homologuée par le Conseil Mondial pour l’Assemblée Constituante des Peuples.
Jeanne Haslé, qui était alors responsable de la Direction de l’enregistrement en France, est nommée au poste de Directeur du Registre International en 1959.
A Bruxelles en mai 1963, une rencontre internationale réunit les remrésentants de divers mouvements mondialistes.
Ils y décidèrent la création du Congrès des Peuples.
3 mars 1966 : treize personnalités de réputation mondiale lancent un appel invitant chacun à s’enregistrer comme citoyen du monde, « comme nous l’avons fait nous-mêmes » précisent-ils.
De par la qualité et la renommée de ses signataires « l’appel des 13 » donne un second souffle à la mouvance mondialiste.

Première élection au Congrès des Peuples. Garry Davis vote à Paris en Juin 1969.

Garry Davis, votant en 1969 à l’occasion de la première élection du Congrès des Peuples

La presse s'empare du phénomène Garry Davis, comme dans le dessin de presse ci-contre de Maurice Henry

La presse s’empare du phénomène Garry Davis, comme dans le dessin de presse ci-contre de Maurice Henry

Être Citoyen du Monde c’est parier pour la survie de l’humanité. Jean Rostand

Rajan Nehru, signataire de l'Appel des Treize

Rajan Nehru, signataire de l’Appel des Treize

13 Citoyens du Monde de réputation mondiale déclarent

« En l’absence d’une loi supranationale, les Etats sont obligés de compter sur la force pour défendre leurs intérêts. Conséquence : la guerre, voulue ou accidentelle, devenant depuis la désintégration de l’atome et le développement des armes bactériologiques, l’absurde « solution finale », le génocide étendu à toute la race humaine.

En l’absence d’institutions mondiales capables d’assurer la satisfaction des besoins fondamentaux communs à tous, la personne humaine est bafouée. Tandis que d’immenses richesses sont gâchées, les deux tiers de l’humanité souffrent de la faim.

Les progrès de la science et de la technique rendent pourtant possible l’organisation d’une communauté mondiale où règneraient la paix et l’abondance, où les libertés fondamentales seraient garanties aux individus, aux peuples, aux nations.

Pourquoi n’en est-il pas ainsi ? Parce que les gouvernements, hypnotisés par leur devoir de faire primer les intérêts nationaux de leurs pays, loin d’accepter les transformations nécessaires, entravent même l’action des institutions internationales créées pour défendre la paix universelle et servir l’homme.

Le salut, alors, ne peut venir que du peuple du monde, des individus qui le forment, de chacun de nous.

Le premier acte, simple mais efficace, que nous invitons chacun de vous à accomplir, comme nous l’avons fait nous-même, c’est de vous ENREGISTRER COMME CITOYEN DU MONDE.

Le second pas que nous ferons ensemble, si vous êtes assez nombreux à répondre à notre appel, sera d’organiser, sur une base transnationale, l’élection de délégués chargés de défendre la cause de l’homme, d’exprimer les revendications du peuple du monde et, finalement, d’élaborer la loi du monde pacifique et civilisé. »

Ont signé (3 mars 1966)

  • Lord BOYD ORR (Grande Bretagne) Premier directeur de la F.A.O. (1945-1948) Prix Nobel de la Paix 1949.
  • Josué de CASTRO (Brésil). Ex-Président du Conseil de la F.A.O., Président-Fondateur du Centre International de Développement.
  • Danilo DOLCI (Italie) Pionnier du développement socio-économique de la Sicile.
  • SHINZO HAMAI (Japon) ancien Maire d’Hiroshima.
  • Pr J-L.HROMADKA (Tchécoslovaquie) Professeur de théologie. Président de « Christian Peace Conference ».
  • Pr. Alfred KASTLER (France) Prix Nobel de physique 1966. Membre de l’Institut (Académie des Sciences).
  • Mme Rajan NEHRU (Inde). Pr. Linus PAULING (U.S.A.) Prix Nobel de chimie 1954. Prix Nobel de la Paix 1962.
  • Abbé PIERRE (France) Fondateur des Communautés d’Emmaüs.
  • Jean ROSTAND (France) biologiste et écrivain. Membre de l’Institut (Académie Française)
  • Lord Bertrand RUSSEL (Grande Bretagne) Philosophe. Mathématicien. Prix Nobel de Littérature 1949.
  • Pr. Ivan SUPEK (Yougoslavie) Professeur de philosophie et de Sciences. Membre de l’Académie des Sciences et des Lettres. Président du mouvement Pugwash yougoslave.
  • Pr. Hans THIRRING (Autriche) Professeur de physique à l’université de Vienne. Membre de l’Académie des Sciences.