L’augmentation de l’acidification de 30 % est due aux 20 millions de tonnes de dioxine de carbone absorbés chaque jour par l’océan provenant d’usines, des transports et d’autres activités humaines.

Encore une fois, parmi toutes ces activités, il ne s’agit pas de stigmatiser la consommation en fin de chaîne, mais de prendre en compte le fait que 51 % des émissions de gaz à effet de serre, depuis 1988 et la reconnaissance officielle de l’influence de ces émissions sur le changement climatique, proviennent de seulement 25 compagnies exploitant les énergies fossiles. Des chiffres étendus à 71 % des émissions pour une centaine de compagnies. Parmi celles-ci, 32 % appartiennent à des investisseurs publics, 9 % à des investisseurs privés, et une majorité de 59 % sont des entreprises d’état*. C’est dire qu’une minorité d’organismes tient, pour un pourcentage très important, une responsabilité et un pouvoir considérables. Dont, dans certains cas, des gouvernements qui pourraient immédiatement agir et ne le font pas. Ce sont malheureusement généralement les mêmes, comme la Chine, qui font obstruction aux tentatives internationales de progression. Mais Total figure également sur cette liste, pour ne citer que la France. Pour une réelle évolution positive, il s’agit clairement d’impliquer ces « Carbon Majors » dans la transition énergétique et d’obtenir un retour sur les bénéfices considérables accumulés, pour une contribution active à la lutte contre le dérèglement climatique et la dégradation des océans.

De façon directe, certains procédés chimiques de forage pétrolier contribuent également à l’acidification des mers.

L’impact immédiat de cette acidification a déjà été constaté sur les espèces vivantes, leur développement et leur alimentation, ainsi que sur la végétation.

Elle menace directement certaines espèces, inadaptées à cette évolution drastique, dont les coraux, les crabes, les huîtres et par contrecoup également les espèces qui se nourrissent de ces crustacés.

Elle agit particulièrement sur les régions où les récifs coralliens jouent un rôle majeur dans les régions tropicales et subtropicales, car leur régénération devient plus lente que leur destruction, et ces coraux sont vitaux à certains écosystèmes.

Et également dans les régions polaires nord et sud où le plancton marin, indispensable à des espèces telles que le saumon, le maquereau, le hareng, la morue et les baleines, tend à s’appauvrir.

Cosima de Boissoudy

Carbon Majors : les cent premiers producteurs d’énergie fossile.

* https://b8f65cb373b1b7b15feb-c70d8ead6ced550b4d987d7c03fcdd1d.ssl.cf3.rackcdn.com/cms/reports/documents/000/002/327/original/Carbon-Majors-Report-2017.pdf

 

Huit années après avoir participé à la Route du Rhum 2010 avec le catamaran “ citoyensdumonde.net ” , Jean-François Lilti, les élèves de l’Ecole Diagonale et le voilier rebaptisé “ Ecole Diagonale pour Citoyens du Monde ”  sont aujourd’hui au départ de cette Route du Rhum 2018 pour soutenir la création d’une Autorité Mondiale des Océans.

Soyons des milliers à bord du voilier “ Ecole Diagonale pour Citoyens du Monde ” pour cette course en solitaire !

 

RETROUVEZ EN 10 CHIFFRES sur www.citoyensdumonde.org POURQUOI UNE AUTORITE MONDIALE DES OCEANS ?