Les eaux de l’Antarctique sont infestées de millions de fragments de plastiques. Chaque kilomètre carré contiendrait de 1000 à 42000 morceaux, qui pourraient provenir en partie des lavages de textiles synthétiques.