Les frontières géographiques mises en place par les hommes au cours des temps sont, nous le savons, artificielles et elles sont devenues obsolètes. Aujourd’hui, avec les défis et les enjeux auxquels le monde est confronté, l’humanité est à un tournant de son histoire.

Dans son livre, La Voie sous-titré  Pour L’avenir De L’Humanité, Edgar Morin attire l’attention de ses lecteurs sur une voie nouvelle qu’il nomme « La métamorphose », dans laquelle pourraient se régénérer de nombreuses capacités créatrices. La mondialisation, dit-il, est à la fois le meilleur (la possibilité d’un monde nouveau) et le pire (la possibilité d’auto-destruction de l’humanité). Elle porte en elle des périls inouïs ; elle porte en elle des chances inouïes. Elle porte en elle la probable catastrophe ; elle porte aussi en elle l’improbable mais donc possible espérance. Il souligne l’avènement de l’ère planétaire et de la communauté de destin de tous les êtres humains qui la rend désormais concrète. Il parle de la Terre Patrie, sans que celle-ci nie les patries existantes, mais au contraire les englobe et les protège, et du besoin d’autorités supranationales, seules capables de garantir le maintien de la paix dans le monde et un développement économique et social harmonieux de toutes les nations. Ce sont les effets de la mondialisation sauvage qu’il convient de maîtriser, contrôler et réguler. De grands changements sont indispensables pour mettre fin aux crises par une mutation de la société humaine. Une nouvelle société monde est en train de naître à notre insu, dit-il, la prise de conscience de la citoyenneté mondiale pour la gérer peut l’aider à réussir sa métamorphose.

La citoyenneté mondiale dépend de chacun de nous, de notre prise de conscience individuelle, mais aussi, et surtout, collective. En effet, chaque être humain peut se faire enregistrer sur l’embryon de l’état civil mondial en demandant sa carte d’identité symbolique. Pouvoir la montrer, c’est faire preuve d’une grande maturité d’esprit.

Une commune, une ville, peut aussi se déclarer « Territoire Mondial ou de L’Humanité ». Ce geste officiel, symbolique est consigné dans une charte en faveur de la Paix entre les individus comme entre les peuples, en s’appuyant sur la belle devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité ». C’est l’évangile de la raison humaine, écrivait Lamartine. Sans oublier le principe de la Laïcité (sans adjectif), indispensable pour le vivre ensemble dans le respect des convictions de chacun. Ces valeurs, nous avons le devoir d’essayer de les partager avec le plus grand nombre possible d’êtres humains. Car, c’est une évidence, la cité humaine aujourd’hui, est devenue planétaire.

Raoul Gimonneau