Ca n’a pas été la traversée la plus simple que j’ai pu faire. Franchement, les conditions étaient extrêmement difficiles. Je n’ai jamais vu ça, jamais moins de quatre mètres de houle, depuis le début. Trois fois 50 nœuds, trois fronts d’affilée. Ca a été un peu dur, j’ai même eu une claque à 72 nœuds enregistrée sur l’appareil. On a pris cher ! Franchement, je vais aller voir l’organisateur parce qu’on n’avait pas signé pour ça ! (rires). La trajectoire faisait que j’étais plus Nord que les autres donc plus proche de la Guadeloupe à ce moment-là mais je ne me faisais pas d’illusions sur la suite quand même… Ca a été une bonne expérience… Ca n’a pas été du plaisir car jamais de mer calme,  jamais de conditions faciles. Obligé de rentrer dedans. Puis j’ai perdu une voile qui s’est arrachée du trampoline lors du deuxième front. On a eu des vagues de huit mètres qui passaient à travers le trampoline donc qui ont tout arraché et ont même cassé la protection. j’ai déchiré le spi dans les alizés donc ca n’a pas été facile d’arriver au bout dans de bonnes conditions de vitesse. Et il y avait quelqu’un derrière, (Etienne Hochedé sur PIR2) ça aide à ne pas dormir (rires) . Il est absolument étonnant ! Je le féliciterai car c’est un gars inoxydable sur un bateau inoxydable !

Ecouter l’interview de Jean-François sur le site de la Route du Rhum :

https://www.routedurhum.com/fr/paroles-skippers?classe=RhumMulti&skipper=132